"Not this Island Music" poemes by Robert Kelly

Traduction:: Charlotte Mandell
Interpretation: Nicole Peyrafitte
Original poems in English

 

LE CORNOUILLER LA RÉPONSE
format MP3 2.9MB

Le cornouiller n'est pas une réponse
c'est de la cire somptueuse
la lune enfin entre nos mains
et c'est ça le parfum de la lune
dans notre atmosphère
cette nuit qui est la nôtre
et qui a besoin de tant de fleurs


2.

les gitans dont je me souviens étaient sales
trop malins pour être dangereux
trop nonchalants pour danser dessous
la lune leur appartenait vraiment
qui d'autre pourrait posséder
une chose si chère, vendable,
non délivrable, les rêves
des mères célibataires


3.

les maisons que nous habitions avaient des portails
en fer ou bien des haies si drues que
tu ne pouvais voir une fille à travers
même si elle portait une veste rouge vive
et ses patins à glace cliquetaient dans sa main
et tu pouvais voir son haleine au-dessus des branches noueuses


4.

c'est ce qui descend la rue qui nous fait

5.

la rue la rue la glace
l'automne alarmant attrape des feuilles
jaunes d'orme, Batchelder
sud vers Avenue U, ces jours-là
pas très loin de la mer.



format MP3 1.1MB

Calme et la coquille
s'ouvre
un son sort
au-dessous de toute mer
que nous aurions pu
entendre -

quelque chose
de loin, lui-même, aucune terre
en vue, non pas
toute cette musique d'île.



VERS LE JOUR DE LIBÉRATION

format MP3 2.4MB


Peu importe ce que nous y voyons

(la bouche est pleine de sens
pas de goût à écouter
pas de sens à entendre
ce qui se tord dans l'eau peu profonde sous la langue)

(et s'il dit Écoute! dis
Bois l'ouïe avec
tes propres oreilles, une parole
n'est pas entendre)

Le langage? Se servir du langage pour la communication, c'est comme si l'on se servait d'une forêt d'arbres anciens pour fabriquer des serviettes en papiers et des cartons avec toutes ces années où le vent et les corbeaux ont dansé dans le dessus de ses lenteurs.

Une parole n'est pas entendre
et pas dire -
c'est quoi une parole?

Le catéchisme commence:
Qui vous a fait?
Le langage m'a fait.
Pourquoi vous a-t-Il fait?
Il m'a fait pour confondre la branche avec le vent.
Pourquoi cela?
Pour cacher la racine.
Où est la racine?
Elle se trouve sous la langue.
Dites-la.
Elle se trouve sous la parole.
Est-elle un mot?
Un mot est l'ombre d'un corps qui passe.
Le corps de qui?
De l'ombre même.



CHANSON: POUR CEUX QUI NOUS SUIVENT
format MP3 2MB


Apprenez la nouvelle voie
quoiqu'elle soit
le commencement et qu'allez-vous faire
la fin et qu'est-ce qui aura été fait

apprenez les erreurs vertes
votre père est tombé
et quand vous aurez,
jeune, magnifiquement tort

quand ils vous apprendront
aimer dîtes Non
dîtes Oui au milieu de Non
soyez gentil dans le vide

personne ne sait rien
alors croyez-les tous
un style c'est une séduction
et vaut un baiser

mais ne vous mariez pas
apprenez les navires et le vent
et toutes les façons de partir
quand la langue sort de la bouche

et le ciel n'est pas fait juste d'argent
et la mer est pour la plupart mouillée
et N'importe où N'importe où
votre chanson d'amour votre hymne

et Partout Partout
devrait être votre mère
ne demandez rien d'autre que donner
et ne vous souvenez jamais

ce que vous n'oublierez jamais
une route brillante cheminante
quand vous ne désirez rien
et il n'y a pas de différence entre là-bas et ici.


LA CHANSON DU BERGER DES NUAGES
format MP3 1.7MB


N'ayant jamais rien fait que regarder
et n'ayant jamais rien regardé en fait,

n'ayant jamais fait attention qu'aux nuages
et n'en ayant jamais touché un ou appris

ses nombres ou ses couleurs ou ses vrais noms
(sauf une fois sur les pentes qui surplombent Darjeeling

je me suis réveillé le matin et je vous ai respiré,
mère de l'atmosphère, air vert,

éternité, vagabond, la mousson
vous avait apporté et je vous ai complètement inspiré)

je te nomme nuage et me nomme le tien.



UNE FEMME AUX CHEVEUX DE LIN A NORFOLK ENTENDUE

format MP3 1.8MB


Où que tu sois,
quelque soit la saison,
je viendrai à toi
depuis les fleurs

dit-elle, et toujours
appelle-moi
dans ta langue natale
sinon les hommes
me croiraient étrange

ou une femme connue
seulement dans les livres,
je suis aussi constante que le ciel
et pas plus loin que lui,

regarde-moi en ta propre
couleur, mes lèvres
forment les mêmes mythes
que tu habites,

chaque fois que tu fais cela
je suis avec toi,
pour t'embrasser souvent pour t'endormir
ou bien pour te réveiller
tout d'un coup ou doucement,
une bouche
au milieu des choses.